Les dix meilleurs conseils pour réussir votre recherche d’emploi

Améliorer sa recherche d'emploi

Cet article vous plaît ? Partagez-le :

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email

L’été se termine et vous allez entreprendre activement votre recherche d’emploi ? Vous vous sentez perdu·e et ne savez pas par où commencer ? Voici mes dix meilleurs conseils pour une démarche efficace.

1. Soyez au clair sur ce que vous cherchez

Avant de vous mettre en chemin, il est important de savoir où vous souhaitez aller. Sans cela, le risque est grand que vous ne choisissiez pas la bonne direction. Prenez donc un moment pour vous demander ce que vous attendez de votre futur poste. Quels sont les éléments clés pour vous en termes de:

  • Missions
  • Organisation
  • Environnement de travail
  • Type d’entreprise
  • Niveau de responsabilités et de revenu
  • Perspectives d’évolution

Listez tous vos besoins pour vous épanouir puis hiérarchisez-les. Quels sont les éléments les plus importants, mais aussi quels sont ceux sur lesquels vous seriez prêt·e à faire des concessions ?

Un bilan de compétences est l’accompagnement idéal pour cela.

2. Mettez en place des outils de veille

Une fois que vous avez défini clairement vos attentes, confrontez-les au réel en faisant de la veille sur des sites de recherche d’emploi. Activez des alertes sans mettre de mots clés très précis. Il existe tout un tas de métiers innovants aujourd’hui desquels vous pourriez passer à côté si vous restreignez trop votre exploration.

Si vous souhaitez changer de région, cette veille sera d’autant plus importante. Quels sont les secteurs qui recrutent le plus dans sur place ? Quels sont les niveaux de revenus ? Quelles sont les villes les plus dynamiques ? Quelle est la taille du bassin d’emploi ? Y a-t-il des départements voisins sur lesquels vous pourriez élargir votre recherche et qui seraient facilement accessibles via l’autoroute ou le train ?

Une jeune femme répondant à une annonce

Une jeune femme postule à une offre d’emploi

3. Travaillez votre discours

En parallèle et le plus tôt possible, je vous conseille de préparer votre pitch. Ce n’est pas le jour de l’entretien qu’il faudra s’y mettre, mais bien avant.

Revisiter votre parcours. Qu’avez-vous accompli dans vos postes précédents ? Sur quelles ressources, qualités, talents vous êtes vous appuyé·e ? Quels sont les fils rouges de vos expériences ? Quelles sont vos attentes pour demain ?

Plus vous vous entrainerez à le formuler, plus vous serez à l’aise pour le dire, plus vous pourrez l’adapter et l’ajuster en fonction de vos différents interlocuteurs.

J’écoute l’épisode du podcast de Ma Rêvolution pro: « Comment réussir son entretien d’embauche ? »

4. Soyez proactif

Vous avez défini vos attentes, validé qu’elles étaient bien en phase avec la réalité. Alors c’est le moment de vous lancer. Deux moyens pour cela:

  • La plus simple, bien sûr, est de répondre à des offres d’emploi. Votre profil ne collera jamais à 100 % à ce qui est demandé. Cela ne doit pas vous empêcher de postuler. Vous avez moins ou plus d’expériences qu’affiché ? Vous ne maitrisez pas toutes les compétences nécessaires ? Vos exigences salariales sont plus élevées ? Peu importe. Tentez votre chance si le poste vous plaît. Les recruteurs ont parfois des attentes qu’ils peuvent revoir en face d’un bon candidat. Surtout, gardez en tête, notamment si vous êtes une femme, que les hommes vont répondre à une annonce s’ils estiment qu’ils ont 60 % des compétences demandées. Les femmes ne se lanceront que si elles pensent en avoir au minimum 90 %.

  • Le deuxième moyen est d’envoyer des candidatures spontanées. Vous avez repéré des entreprises qui vous plaisent ? Écrivez-leur, faites-leur part de vos motivations et ce qu’elles gagneraient en vous embauchant.

5. Développez votre réseau

  • Commencez par activer le vôtre. Parlez autour de vous de votre recherche d’emploi et de ce que vous visez précisément. Si personne n’est au courant de votre démarche, on ne pourra pas penser à vous le jour où une opportunité se présentera.

  • Demandez également à vos connaissances si elles peuvent vous mettre en relation avec des personnes qui vous intéressent. On ne soupçonne souvent pas l’étendue du réseau de notre réseau. Vous pouvez le faire en direct ou via LinkedIn, un formidable outil pour cela. Vous pouvez aussi prendre contact directement avec des salariés qui travaillent dans les entreprises que vous visez sur ce réseau. C’est une démarche largement utilisée et acceptée aujourd’hui.

J’écoute l’épisode du podcast de Ma Rêvolution pro: «Comment réussir sa reconversion grâce à LinkedIn ?».

  • Participez à des événements ou intégrez des cercles dans lesquels vous pourrez nouer des relations dans les domaines qui vous intéressent. D’autant plus si vous changez de région. Cela sera un excellent moyen de créer des premiers liens et pourquoi pas de vous faire vos premiers amis sur place.

Homme cherchant un emploi

Un jeune homme à la recherche d’un emploi

6.  Planifiez votre recherche d’emploi

Définissez  1 h ou 2 h chaque jour où vous pourrez vous y consacrer sans être dérangé·e. Cela ne sert à rien d’y passer tout votre temps, au risque de vous décourager ou de tourner en rond.

Vous pouvez aussi vous lancer des mini défis comme: envoyer 1 candidature spontanée par jour,  assister à 1 événement par semaine en lien avec votre recherche d’emploi ou carrément contacter 2 personnes que vous ne connaissez pas chaque matin pour agrandir votre réseau. À ce rythme-là, à la fin de la semaine, vous aurez pris contact avec 10 personnes et à la fin du mois, plus de 40 !

7. Soyez organisé·e

Tenez un tableau de vos candidatures spontanées et des annonces auxquelles vous répondez. Cela serait dommage de transmettre un doublon parce que vous ne savez plus si vous avez déjà postulé à un poste.

Dans ce tableau, indiquez aussi le jour de vos envois. Cela sera très pratique pour faire un suivi de vos relances.

8. Faites un suivi de vos candidatures

Une candidature ne s’arrête pas au bouton « envoyez ». Au contraire, certains recruteurs s’attendent à ce que vous les relanciez, preuve selon eux de votre motivation.

De même avec votre réseau. Une personne vous a promis de vous mettre en relation avec un DRH et vous n’avez plus de nouvelles depuis. Ne faites pas de suppositions hasardeuses et renvoyez-lui un message. Elle a pu être prise par un tas d’autres obligations et celui lui est sorti de la tête. Cela ne signifie pas forcément qu’elle ne souhaite plus vous aider.

Vous avez reçu une lettre de refus, demandez un entretien téléphonique avec les RH pour comprendre ce qui a pu pêcher dans votre candidature. Cela vous permettra d’ajuster le tir pour une prochaine fois.

9. Ne culpabilisez pas d’avoir du temps libre

Si vous êtes au chômage, la rentrée peut être stressante et angoissante. Les enfants reprennent le chemin de l’école. Vos amis, conjoint·e, la route du bureau. Il peut être culpabilisant de rester seul à la maison. Sentiment de ne plus être utile, de ne servir à rien. La pente vers la dévalorisation peut être rapide. 

Profitez-en au contraire pour faire des choses que vous n’avez jamais le temps de faire. Vous cultiver sur le secteur que vous souhaitez intégrer, suivre une formation courte, un Mooc sur un sujet qui vous intéresse. N’oubliez pas alors de les inscrire sur votre CV. Cela sera un atout supplémentaire auprès des recruteurs. Mais autorisez-vous également quelques moments sans rien faire et sans culpabiliser. Le plus difficile sans doute. Voyez ça comme le repos avant la période stressante d’une nouvelle prise de poste et d’une année qui se profile sans vacances.

10. Dépassez votre peur de vous tromper

Votre ancien poste ne vous plaisait pas ou plus ? Vous craignez de vous retrouver dans une situation similaire dans le prochain et du coup vous n’osez pas postuler ?

Déjà, dites-vous qu’envoyer sa candidature ne veut pas dire signer un contrat. Vous pourrez interrompre le processus à tout moment si vous vous apercevez qu’en réalité ce poste ne vous convient pas.

Vous pouvez même le stopper après le recrutement.

La période d’essai est là pour ça. On a souvent tendance à ne la voir que du côté employeur. S’il n’est pas satisfait de vous, il pourra vous mettre dehors. Mais une période d’essai va dans les deux sens. Vous aussi vous essayez ce job. Et si vous mettez un terme à l’expérience, ne voyez pas cela un échec, mais comme une expérience qui vous aura permis d’affiner vos choix et ce que vous désirez.

Pour terminer, gardez à l’esprit deux choses.

La première: la perfection n’est pas de ce monde. Tout comme il n’existe pas de partenaire parfait·e, il n’existe pas de poste parfait.

La deuxième: Chercher un emploi, c’est envoyer des centaines de candidatures et obtenir de nombreux refus. Mais il suffit d’une réponse positive pour qu’une nouvelle étape de votre vie professionnelle démarre.

Envie de vous faire accompagner par un coaching, prenez RDV pour un entretien préliminaire gratuit et sans engagement.

D’autres articles sur Coaching susceptibles de vous intéresser :

Gagner en sérénité
Coaching

Comment gagner en sérénité au travail ?

Votre métier, vous l’aimez, mais vous ressentez dernièrement de la lassitude, une pression qui s’intensifie ou bien vous en avez assez de courir partout ?  Il

Ne manquez plus aucun article

Abonnez-vous à la Newsletter

Ma révolution pro

Vous avez envie de vous faire accompagner ?

Prenez rendez-vous pour un entretien préliminaire, gratuit et sans engagement.

Bilan de compétences/Coaching

Cet entretien, gratuit et sans engagement, nous permettra de faire le point sur votre situation et l’objectif que vous souhaitez atteindre.