8 idées reçues sur le bilan de compétences

Article écrit par Séverine Brevet

Vous vous posez de nombreuses questions sur votre avenir professionnel. Vous avez fait le tour de votre poste. Vous vous y ennuyez. Vous manquez de reconnaissance. Vous ne vous sentez pas à votre place… bref, vous avez envie de changer de voie, mais, pour faire quoi ? Vous n’en avez aucune idée, ou peut-être bien quelques-unes, seulement vous avez peur de vous tromper et de prendre la mauvaise décision.

Vous envisagez alors de réaliser un bilan de compétences. Mais n’est-ce pas inutile et démodé ? Votre collègue en a fait un, il y a quelques années. Il n’en a rien tiré. 

Le bilan de compétences est souvent victime d’idées reçues et de préjugés. Pourtant, s’il ne s’agit pas d’une baguette magique, il peut vous apporter beaucoup de réponses et de bienfaits tant sur le plan professionnel que personnel.

Découvrez dès à présent 8 idées reçues sur le bilan de compétences et prenez votre décision en toute connaissance de cause.

Idée reçue n° 1: Un bilan de compétences, c’est inutile

FAUX. C’est probablement celle dont vous avez le plus entendu parler. La reconversion professionnelle est un sujet à la mode, mais le bilan de compétences peut être perçu comme dépassé, sans grand intérêt et n’apportant aucune réponse. Alors qu’est-ce que c’est réellement ?

Un bilan de compétences est un accompagnement individuel qui vous permettra de définir un nouveau projet professionnel. Un projet motivant, aligné avec qui vous êtes, mais qui soit aussi réalisable. Et d’ailleurs, vous repartirez du bilan avec un plan d’action pour enclencher au mieux votre changement de vie. Vous aurez également (re)pris confiance en vous, un levier essentiel pour vous mettre en action.

Mais pour porter tous ses fruits, un bilan de compétences nécessitera toute votre implication. Il sera important de vous livrer avec authenticité et de mener un véritable questionnement intérieur, guidé par votre coach, afin d’accéder à une meilleure connaissance de vous-même. Pour cette raison, la personne qui vous accompagnera aura bien plus d’importance que l’organisme que vous choisirez.

Idée reçue n° 2: Un bilan de compétences, c’est démodé

FAUX.  Le bilan de compétences est un dispositif de la formation professionnelle qui existe depuis de nombreuses années. Réglementé par l’État, il peut sembler dépassé, mais il a beaucoup évolué ces dernières années grâce aux nouvelles méthodes d’accompagnement. Chaque coach a sa propre boite à outils et vous proposera des exercices et tests variés pour explorer votre personnalité, ce que vous aimez et mettre à jour vos ressources. Dans celle de Ma Rêv’olution pro, vous trouverez entre autres l’Ennéagramme, la Numérologie créative® et le Strong®. 

L’entretien préliminaire, gratuit et sans engagement, vous permettra de comprendre l’approche de votre accompagnant et de vérifier que sa méthode correspond à vos attentes.

Idée reçue n° 3: Un bilan de compétences va forcément me dire pour quel métier je suis fait.

FAUX. C’est sans doute de là que viennent les déceptions. Le bilan de compétences n’est pas une boule de voyance ou une baguette magique. Ce n’est pas non plus une simple série de tests ou votre coach qui va décider à votre place. Au contraire, le rôle de ce dernier sera de vous proposer des exercices et de vous poser les BONNES questions afin que VOUS puissiez faire les meilleurs choix pour VOUS. Pourquoi ? Parce que vous êtes l’expert et le principal acteur de votre vie !

Idée reçue n° 4: Le bilan de compétences, c’est juste des cases à cocher !

FAUX. Le bilan de compétences est un accompagnement qui se déroule sur deux à trois mois. Si des tests peuvent vous être proposés, ce ne sont pas les résultats en eux-mêmes qui vous permettront d’avancer, mais la discussion que vous aurez autour. Car l’essentiel du travail du coach sera de vous amener à prendre conscience de ce qui est important pour vous. Pour cela, vous explorerez, lors de chaque séance, des thématiques différentes : vos besoins, vos valeurs, vos moteurs, vos centres d’intérêt, votre personnalité, vos rêves, vos compétences, vos talents… Le tout dans la bienveillance et sans jugement.

Son rôle sera également de vous aider à concrétiser votre projet. Pour cela, il vous proposera d’effectuer des enquêtes sur les formations et métiers qui retiennent votre attention.

Là aussi, l’entretien préliminaire vous permettra de choisir l’accompagnement qui vous correspond. N’hésitez pas à en réaliser plusieurs afin d’opter pour la personne avec laquelle vous avez le meilleur feeling et dont l’approche répond pleinement à vos attentes.

Podcast 🎙 : Comment trouver sa voie avec un bilan de compétences

Idée reçue n° 5:  Un bilan, c’est forcément pour se reconvertir !

FAUX. Si l’envie de changer de poste est souvent à l’origine de la démarche, elle ne rime pas toujours avec un changement de vie radical. Vous pourrez prendre conscience, au cours de l’accompagnement, que vous aimez encore votre métier actuel et un simple ajustement peut alors suffire pour retrouver votre bien-être. Celui-ci peut concerner l’entreprise, le secteur, la zone géographique, le statut (salarié, freelance), ou une modification de votre organisation (télétravail, temps complet/ partiel). La conclusion du bilan peut être aussi de développer un side project ou une activité extra-professionnelle dans laquelle vous trouverez du sens. L’objectif est que vous puissiez vous épanouir dans votre vie, quelle que soit la décision retenue à la fin de la démarche. Vous en ressortirez de toute façon avec un nouveau regard sur votre parcours et une plus grande confiance en vous. 

Idée reçue n° 6: Je suis trop âgé ou trop jeune pour réaliser un bilan de compétences

FAUX. Il n’y a pas d’âge pour mieux se connaître, faire le point sur ses envies, ses motivations et valoriser ses compétences. Après des années d’expérience professionnelle, il peut être utile de vous interroger sur la dernière partie de votre carrière. Vous reconnaissez-vous encore dans les valeurs de votre entreprise ? Trouvez-vous toujours du sens à votre métier ? Comment pourriez-vous davantage mettre en avant votre parcours ? Que souhaitez-vous aujourd’hui ? Un bilan de compétences peut vous permettre de répondre à ces questions. 

À l’inverse, si vous débutez votre vie active et que vous savez déjà que vous vous êtes trompé d’orientation. Rien ne sert d’attendre. Cet accompagnement peut être un excellent tremplin pour vous aider à changer de voie, dès à présent. Pour prendre la bonne direction, celle qui vous convient et vous ressemble.

Je coache des personnes de tout âge et que ce soit avant trente ans, à la quarantaine ou après cinquante-cinq ans, le bilan de compétences leur a permis, à chaque fois, de retrouver un nouvel élan dans leur vie professionnelle. 

Podcast 🎙 : Les 5 étapes indispensables pour réussir sa reconversion professionnelle

Idée reçue n° 7: Mon employeur va forcément être au courant.

Cela dépend. Si vous mobilisez votre CPF et que vous réalisez votre bilan de compétences hors de votre temps de travail, votre employeur n’a pas à être informé de votre démarche et votre coach n’aura aucun contact avec lui. En revanche, si vous souhaitez effectuer les séances sur vos horaires de bureau, il faudra alors obtenir son accord. 

Vous pouvez aussi lui demander de le subventionner. Il sera libre de refuser ou d’accepter un financement partiel ou total, tout comme il pourra refuser ou accepter que vous le réalisiez sur votre temps de travail. Dans tous les cas, une convention tripartite sera signée entre vous, votre entreprise et l’organisme que vous aurez choisi pour réaliser votre bilan. Néanmoins, les échanges que vous aurez avec votre coach resteront confidentiels.

Votre employeur peut également être à l’initiative de votre bilan de compétences, mais celui-ci ne pourra pas commencer sans votre consentement. 

Idée reçue n° 8: Le bilan de compétences est un dispositif réservé aux salariés

FAUX. Si vous êtes inscrit chez Pôle Emploi, vous pouvez demander le financement à votre conseiller. Pour cela, l’organisme que vous aurez choisi lui fournira un devis. Attention, l’accord n’est pas automatique. Votre conseiller peut vous obliger à mobiliser d’abord votre CPF.

Si vous êtes indépendant, vous pouvez demander un financement auprès de l’organisme auquel vous cotisez dans le cadre du Fonds d’assurance formation.

Enfin, il est toujours possible de payer un bilan de compétences sur ses économies personnelles.

Cet article vous a permis de changer de regard sur le bilan de compétences ? Vous souhaitez en savoir plus, prenez rendez-vous pour un entretien préliminaire. C’est gratuit et sans engagement.

“ Si les choses ne vous conviennent pas, changez-les. Vous n’êtes pas un arbre”

Jim Rohn

Laisser un commentaire

8 idées reçues sur le bilan de compétences